« Pays réel » contre « pays légal » : quand Macron reprend le nationaliste Maurras
Ambiance autour du Président de la République, Emmanuel Macron, ici à l'Ecole militaire à Paris, où il vient prononcer un discours sur la stratégie de défense et de dissuasion, devant les stagiaires de la 27ème promotion de l'Ecole de Guerre. Il est accompagné de Florence Parly et du Général Lecointre Paris le 07/02/2020 Photo François Bouchon / Le Figaro

« Pays réel » contre « pays légal » : quand Macron reprend le nationaliste Maurras

Pour admettre l’existence d’un sentiment de déconnexion entre le « peuple » et les « élites », le président a revisité, mardi, l’opposition du monarchiste.

À l’Élysée, il arrive que la « pensée complexe » du président se livre avec maladresse à des oppositions simples. Devant les députés de la majorité, réunis mardi dans le palais présidentiel, Emmanuel Macron a admis l’existence, dans l’opinion, d’un sentiment de déconnexion entre les citoyens et les élites du pays. Pour appuyer sa démonstration, il a repris, en la revisitant, la distinction entre « pays légal » et « pays réel », développée par l’intellectuel nationaliste Charles Maurras (1868-1952).

« Le problème qu’on a, politiquement, c’est qu’on a pu donner le sentiment à nos concitoyens qu’il y avait un pays légal et un pays réel. Et que nous on savait s’occuper du pays légal – moi le premier -, et que le pays réel ne bougeait pas », a expliqué le chef de l’État, selon des propos rapportés par Le Mondeet confirmés au Figaro. « Sur le sujet de la sécurité, en premier chef, il faut faire bouger le pays réel », a-t-il appuyé, convaincu que « l’insécurité, c’est le sentiment d’insécurité ».

La suite