Royaume-Uni : victoire historique de Boris Johnson

Royaume-Uni : victoire historique de Boris Johnson

Depuis jeudi, les choses sont rentrées dans l’ordre de part et d’autre de la Manche. Les Anglais sont redevenus eux-mêmes, portés par un sentiment de fierté nationale allié à une fidélité inaltérable à la démocratie. Pendant des années, depuis le référendum qui avait permis au peuple britannique de choisir le départ du pays de l’Union européenne (le Brexit), le Royaume-Uni avait donné le spectacle à la fois ridicule et inquiétant d’une démocratie incapable de mettre en œuvre le choix des électeurs et d’un vieux et prestigieux Parlement saisi par une frénésie d’incohérences. Boris Johnson, le Premier ministre conservateur, a obtenu la dissolution de la Chambre des communes et mené une campagne dynamique en vue d’élections législatives qui se sont transformées en un nouveau référendum sur le Brexit.

Ni David Cameron, qui avait lancé le référendum en croyant qu’il repousserait le Brexit, ni Theresa May, qui lui a succédé, n’étaient partisans du Brexit. Les milieux économiques dont le parti est proche ne le souhaitaient pas davantage. Boris Johnson a, au contraire, compris que la fierté nationale qui avait animé les conservateurs, avec Churchill ou Mme Thatcher, referait l’unité du parti. Il a, d’ailleurs, réussi à apaiser les craintes sur les conséquences économiques et sociales du Brexit en montrant les avantages du grand large, d’une souveraineté et d’une indépendance qui redonneraient au pays la capacité de libérer son énergie et ses talents.

La suite