You are currently viewing Pierre Debray, un « pas­seur » considérable

Pierre Debray, un « pas­seur » considérable

Poli­tique Maga­zi­ne­Pierre Debray, un « pas­seur » consi­dé­rable – Poli­tique Magazine 

Le pur­ga­toire qui frappe beau­coup d’écrivains après leur décès res­semble plu­tôt, s’agissant de Pierre Debray, à un enfer total : dès sa mort, en octobre 1999, un silence de plomb est tom­bé sur sa per­sonne et sur son œuvre. Ce qui pose deux ques­tions : pour­quoi un tel silence – et pour­quoi vou­loir en sor­tir aujourd’hui ?

À la pre­mière ques­tion, on trou­ve­ra des élé­ments de réponse dans le numé­ro spé­cial de la Nou­velle Revue uni­ver­selle « Pierre Debray est de retour », récem­ment sor­ti. Notam­ment dans un article de Gérard Leclerc – « Pierre Debray tel que je l’ai connu » – sur­vol très com­plet de la vie de cet homme au des­tin si par­ti­cu­lier. Au-delà des pré­ci­sions bio­gra­phiques et du témoi­gnage d’un dis­ciple et ami, on y trouve des com­men­taires et expli­ca­tions claires sur quelques aspects essentiels.

Quant aux rai­sons réelles d’effectuer main­te­nant une telle exhu­ma­tion, et l’utilité qu’elle pré­sente dans notre vie encom­brée de gilets jaunes éga­rés, d’écolos exci­tés, de trans­hu­ma­nistes fous et de tech­no­crates agrip­pés à leur sou­pière, c’est l’ensemble de ce numé­ro de la NRU qui les explique : les rai­sons, on le ver­ra, en sont impé­rieuses et déterminantes.

La suite