You are currently viewing Le n° 20 de Conflits actuel­le­ment en kiosque

Le n° 20 de Conflits actuel­le­ment en kiosque

L’ef­fet Beyon­cé, édi­to­rial du n° 20 :

Nous l’appellerons « effet Beyon­cé ». Le 5 novembre 2016, Hil­la­ry Clin­ton était l’invitée vedette d’un concert de Beyon­cé et de son mari Jay‑Z à Cle­ve­land, dans l’État clef de l’Ohio. Les chan­teurs appe­lèrent à voter pour la can­di­date démo­crate : « Je vous pré­sente la future pré­si­dente des États-Unis » se hasar­da à pré­dire Jay‑Z, moins effi­cace comme pré­vi­sion­niste que comme homme d’affaires.

Nous aurions pu par­ler d’« effet Bruce Spring­steen ». À la veille des élec­tions, il orga­ni­sait un mee­ting de sou­tien à Hil­la­ry Clin­ton. À Phi­la­del­phie, dans un autre État char­nière, la Penn­syl­va­nie. Ou d’« effet Jen­ni­fer Lopez », qui orga­ni­sa un concert pour la même Hil­la­ry Clin­ton en Flo­ride. Ou d’« effet Lady Gaga », qui rejoi­gnit le concert de Philadelphie.

Les élec­teurs peuvent appré­cier la plas­tique de Beyon­cé, ils n’en tirent pas la conclu­sion que ces atouts en font une ana­lyste politique

Le 8 novembre, à la sur­prise de tous les experts, l’Ohio, la Penn­syl­va­nie et la Flo­ride, que les pré­vi­sion­nistes pro­met­taient à Hil­la­ry Clin­ton, votaient… pour Donald Trump et lui per­met­taient de gagner les pré­si­den­tielles. Mer­ci qui ?

Nous par­le­rons main­te­nant d’« effet Tay­lor Swift ». Peut-être échau­dée, Beyon­cé se tient en retrait lors des der­nières élec­tions de mid­term. Le relais est pris par la chan­teuse Tay­lor Swift. Le 7 octobre der­nier, elle appelle les jeunes à s’inscrire sur les listes élec­to­rales et à voter pour les démo­crates : « Sor­tez et allez voter. » Elle prend en par­ti­cu­lier posi­tion pour le démo­crate Phil Bre­de­sen qui bri­guait le poste de gou­ver­neur du Ten­nes­see contre la répu­bli­caine Mar­sha Black­burn. Aus­si­tôt la presse s’enthousiasme et se féli­cite de l’explosion du nombre des ins­crits sur les listes élec­to­rales – plus de 13 000 entre le 7 et le 10 dans le seul Ten­nes­see. Tay­lor Swift ne dis­pose-t-elle pas de 112 mil­lions de fol­lo­wers sur Ins­ta­gram, le double de Donald Trump sur Twitter ?

La suite