Chemin de Paradiis
Un printemps éditorial maurrassien

LE CENT-CINQUANTENAIRE DE CHARLES MAURRAS Ses adversaires s’inquiètent. On ne saurait leur donner tort : leur principal atout était de voir Maurras condamné non seulement à la dégradation nationale, mais surtout à la mort éditoriale. Une peine de mort qu’on a oublié d’abolir ! Il y eut, certes, des tirages confidentiels, mais les grands éditeurs étaient peu soucieux de laisser ce nom honni compromettre leur image. Or les choses bougent…

 

C’est un modeste mais réel printemps éditorial maurrassien qui nous est offert aujourd’hui.

Une petite flottille d’ouvrages, sortie de l’enfer, a appareillé et vogue vers la haute mer. À vrai dire, seul le vaisseau amiral – l’anthologie publiée dans la collection « Bouquins » – répond directement à l’urgence d’une réédition des textes. Les autres, des navires d’accompagnement, relèvent surtout du commentaire, mais tous profitent du vent favorable suscité par l’affaire du « livre des commémorations ».

Avant d’entrer au gouvernement, Mme Nyssen dirigeait les éditions Actes Sud : commémorer l’enfant de Martigues, provençal de naissance et de coeur, était pour elle une exceptionnelle occasion d’agir pour le Sud… Elle y a réussi – malgré elle, dirait-on… – au-delà de toute espérance !

DIVINE SURPRISE : LA COLLECTION «  BOUQUINS » CRÉE L’ÉVÉNEMENT

Mais saluons d’abord la sortie du livre-événement. Le travail effectué par l’universitaire Martin Motte pour réunir en un seul volume de 1200 pages l’essentiel de l’opus maurrassien force le respect. De même que la préface de plus de trente pages de Jean-Christophe Buisson, du Figaro magazine, sous le titre – certes un peu discutable – d’Un prophète du passé, constitue un essai complet sur le sujet, plein de vie et de richesses multiples. À ce double travail, accueilli chez Robert Laffont dans la collection Bouquins, ne manquent sans doute pas les critiques à faire. Elles le seront en temps utile. Mais il s’agit le plus souvent d’observations passionnantes et propres à susciter et enrichir le débat. Or rien n’a plus nui à Maurras depuis un demi-siècle que la conspiration du silence. On l’avait jeté au fond du puits, mais c’était « le puits et le pendule » d’Edgar Poe, les enfouisseurs le vouaient à une mort inexorable. La vérité, cependant, finit toujours par sortir du puits !

La suite