Une dépu­tée LaREM veut réécrire la Consti­tu­tion en écri­ture inclu­sive

Une dépu­tée LaREM veut réécrire la Consti­tu­tion en écri­ture inclu­sive

Le pro­jet de loi de réforme consti­tu­tion­nelle sera exa­mi­né en pre­mière lec­ture à l’As­sem­blée natio­nale à par­tir du 10 juillet. GERARD JULIEN/AFP

Plus de 500 amen­de­ments ont déjà été dépo­sés dans le cadre du pro­jet de loi de réforme consti­tu­tion­nelle. La révi­sion de la Consti­tu­tion mobi­lise évi­dem­ment les dépu­tés. Entre ceux qui veulent ins­crire les langues régio­nales dans le texte fon­da­teur de la Vème Répu­blique, ceux qui défendent la spé­ci­fi­ci­té des Outre-mer et d’autres qui mettent l’ac­cent sur la pro­cé­dure par­le­men­taire, les idées ne manquent pas. « Il y a beau­coup d’i­dées auda­cieuses, mais pas far­fe­lues », féli­cite Sacha Hou­lié, dépu­té La Répu­blique en marche (LaREM) de la Vienne et res­pon­sable du groupe pour cette réforme déter­mi­nante. Déjà 190 amen­de­ments des dépu­tés macro­nistes ont été étu­diés en réunion de balayage, mar­di soir.

Par­mi cette pro­duc­tion plé­tho­rique, un amen­de­ment a rete­nu par­ti­cu­liè­re­ment l’at­ten­tion : celui de la dépu­tée LaREM de Moselle Isa­belle Rauch, membre de la délé­ga­tion aux droits des femmes de l’As­sem­blée natio­nale. Cette ancienne consul­tante, pas­sée par le PS et l’U­DI avant de rejoindre Emma­nuel Macron, veut « rendre visible les femmes » dans les textes de lois. Selon cette par­le­men­taire, cela passe avant toute chose par une révi­sion de l’é­cri­ture de la Consti­tu­tion. « Fémi­ni­ser les ter­mi­no­lo­gies dans la Consti­tu­tion consti­tue­rait non seule­ment un acte fon­da­teur, mais éga­le­ment une réelle avan­cée répu­bli­caine, qui ‘visi­bi­li­se­rait enfin les femmes dans le droit “», pré­co­nise la par­le­men­taire, qui cite Olympe de Gouges et pro­pose de « déve­lop­per une langue fran­çaise plus inclu­sive ». Par exemple, lorsque la fonc­tion de « pré­sident de la Répu­blique » est employée, Isa­belle Rauch pro­pose d’a­jou­ter « pré­si­dente de la Répu­blique ».

La suite