Lire avec Léon Daudet

Lire avec Léon Daudet

Plus grand monde ne lit aujourd’hui Léon Daudet, qui traîne derrière lui une réputation sulfureuse, et méritée, de polémiste réactionnaire, voire d’extrême droite. Le fils d’Alphonse Daudet avait pourtant une plume déliée et un sens de la critique que ses contemporains admiraient et redoutaient à la fois. Nous en avons un excellent exemple dans cette collection de textes parus entre 1927 et 1929, republiés aujourd’hui par les éditions Séguier, jamais en reste lorsqu’il s’agit d’allier originalité et audace. Il y a dans les auteurs choisis par Daudet des gens qui sont de nos jours de presque parfaits inconnus. Heureusement, on trouve aussi en grand nombre des noms fameux, de Shakespeare à Flaubert. Quand il restait sur les terres des lettres, ce lecteur compulsif oubliait ses préjugés idéologiques, comme le rappelle Jérôme Leroy dans sa préface, rapportant ce mot étonnant de la part de ce nationaliste forcené : « La patrie, je lui dis merde quand il s’agit de littérature.” Daudet est remarquable dans ses exercices d’admiration comme dans les descentes en flammes qu’il réserve à quelques gloires. Palme de l’hommage le plus ému et le plus vrai : les propos sur Marcel Proust, déjà son ami de vingt ans quand celui-ci obtient le prix Goncourt pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Le journaliste voit aussitôt dans À la recherche du temps perdu un chef-d’oeuvre de la littérature française du xxe siècle. Il le présente avec justesse comme « une fresque composée de miniatures, si paradoxal que semble ce rapprochement de mots ». Même s’il note, avec un brin de misogynie très répandu à l’époque, que cette oeuvre géniale et touffue ne conviendrait sans doute pas « aux demoiselles dont on coupe le pain en tartines”. Parmi les gloires incontestables aux yeux du royaliste rallié à l’Action française de Maurras figure, au sommet, Cervantès, mis sur le même plan que Shakespeare. Homme de goût avant tout, Daudet doit convenir que le décadent Baudelaire est un poète incomparable, gâché par ses addictions, tandis que l’époux malheureux de la petite-fille de Victor Hugo n’arrive pas à cacher une certaine réticence face aux envolées de La Légende des siècles.

La suite