Maur­ras ou les Sha­doks ?

Maur­ras ou les Sha­doks ?

L’an­nonce d’une com­mé­mo­ra­tion offi­cielle par le minis­tère de la Culture des cent cin­quante ans de la nais­sance de Charles Maur­ras a sus­ci­té une vive polé­mique. Aper­çu de quelques réac­tions.

Le Figa­ro – « Le recueil des com­mé­mo­ra­tions natio­nales 2018, éla­bo­ré par le Haut Comi­té des com­mé­mo­ra­tions natio­nales sous la hou­lette du minis­tère de la Culture, recense chaque année une cen­taine d’an­ni­ver­saires sus­cep­tibles d’être célé­brés au nom de la nation. En cette année 2018, il s’a­gis­sait de com­mé­mo­rer, par­mi une cen­taine d’autres évé­ne­ments, la nais­sance en 1868 de l’é­cri­vain anti­sé­mite Charles Maur­ras, condam­né après la guerre pour son sou­tien réso­lu au régime de Vichy. »

Le Figa­ro – « Chaque année, [les douze membres du Haut Comi­té pour les com­mé­mo­ra­tions natio­nales] éta­blissent la liste des anni­ver­saires à venir com­men­tés par une cen­taine de spé­cia­listes. « Pour 2018, il nous était appa­ru impos­sible de ne pas par­ler de Maur­ras l’an­née des cent cin­quante ans de sa nais­sance (il est né le 20 avril 1868) », sou­ligne la pré­si­dente du Haut Comi­té aux com­mé­mo­ra­tions natio­nales, Danièle Sal­le­nave, en son nom per­son­nel. Même si les dis­cus­sions ont été vives, les membres du comi­té ont pris acte que l’é­cri­vain et direc­teur de L’Ac­tion Fran­çaise, sou­tien du régime de Vichy, condam­né pour intel­li­gence avec l’en­ne­mi à la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té et à la dégra­da­tion natio­nale, a eu une grande influence sur la vie intel­lec­tuelle et lit­té­raire fran­çaise. […] Pour 2018, le comi­té avait rete­nu entre autres la dif­fu­sion du pre­mier épi­sode des Sha­doks, l’at­tri­bu­tion du Nobel de la paix à René Cas­sin ou l’ar­mis­tice de 1918. »

Fré­dé­ric Potier, pré­fet à la tête de la Délé­ga­tion inter­mi­nis­té­rielle à la lutte contre le racisme, l’an­ti­sé­mi­tisme et la haine anti-LGBT (Twit­ter) – « Com­mé­mo­rer c’est rendre hom­mage. Maur­ras, auteur anti­sé­mite d’ex­trême droite, n’a pas sa place dans les com­mé­mo­ra­tions natio­nales 2018. »

Jean-Noël Jean­ne­ney, ancien pré­sident de la Mis­sion du bicen­te­naire de la Révo­lu­tion, et Pas­cal Ory, pro­fes­seur émé­rite à l’u­ni­ver­si­té de Paris I, membres du Haut Comi­té des com­mé­mo­ra­tions natio­nales (Le Monde) – « Com­mé­mo­rer, ce n’est pas célé­brer. C’est se sou­ve­nir ensemble d’un moment ou d’un des­tin. Dis­tinc­tion essen­tielle : on com­mé­more la Saint-Bar­thé­le­my, on ne la célèbre pas. On com­mé­more l’as­sas­si­nat d’Hen­ri IV par Ravaillac, on ne le célèbre pas. On com­mé­more la Grande Guerre, on ne la célèbre pas. »

Minis­tère de la Culture, com­mu­ni­qué du 27 jan­vier – « Il ne s’a­git évi­dem­ment pas de célé­brer le pen­seur d’ex­trême droite qu’é­tait Maur­ras, mais au contraire de connaître son rôle dans l’his­toire de France. La ministre sou­haite qu’il n’y ait aucune ambi­guï­té dans sa posi­tion et rap­pelle son rejet total des thèses et de l’en­ga­ge­ment de Maur­ras. »

Alexis Cor­bière, dépu­té de la France insou­mise (Twit­ter) – « Je découvre stu­pé­fait Charles Maur­ras dans le recueil des com­mé­mo­ra­tions natio­nales 2018 de Mme la ministre @FrancoiseNyssen. Pas d’ac­cord ! La Répu­blique ne doit valo­ri­ser ni anti­ré­pu­bli­cains, ni anti­sé­mites. Com­prendre, étu­dier oui. Com­mé­mo­rer non ! »

Jean-Noël Jean­ne­ney et Pas­cal Ory (Le Monde) – « L’É­tat devrait-il s’abs­te­nir com­plè­te­ment, même du côté d’ins­tances indé­pen­dantes telles que le Haut Comi­té, d’é­vo­quer offi­ciel­le­ment les pages noires de son his­toire ? Obser­vons que beau­coup de ceux qui s’é­meuvent de voir Maur­ras men­tion­né sont les mêmes qui reprochent ardem­ment aux pou­voirs publics de ne pas assez faire leur place aux épi­sodes dont la Répu­blique peut avoir honte : on se dis­pen­se­ra d’en pro­po­ser ici une liste. »

Éric Naul­leau, écri­vain (Twit­ter) – « Dis­pa­rus les pam­phlets de Céline du cata­logue Gal­li­mard, Maur­ras des com­mé­mo­ra­tions, Kevin Spa­cey de son der­nier film et qui sait le pro­chain Woo­dy Allen du stu­dio Ama­zon. Comme jadis les ban­nis sur les pho­tos sovié­tiques, comme si esca­mo­ter l’ob­jet du débat met­tait fin au débat. »

Minis­tère de la Culture, com­mu­ni­qué du 28 jan­vier – « La polé­mique autour du Livre des com­mé­mo­ra­tions natio­nales n’est pas la pre­mière puis­qu’en 2011, le minis­tère de la Culture avait déci­dé de renom­mer le Recueil des célé­bra­tions natio­nales en Livre des com­mé­mo­ra­tions natio­nales suite à l’é­moi qu’a­vait sus­ci­té la « célé­bra­tion de Louis-Fer­di­nand Céline ». Cette déci­sion mar­quait la volon­té de ne pas limi­ter ce tra­vail d’i­den­ti­fi­ca­tion par le Haut Comi­té des com­mé­mo­ra­tions natio­nales aux seules heures de gloire à célé­brer mais aus­si aux heures sombres de l’his­toire de France. Nous voyons aujourd’­hui que l’am­bi­guï­té per­siste. […] Cela conduit à des mal­en­ten­dus qui sont de nature à divi­ser la socié­té fran­çaise. Nous devons lever cette ambi­guï­té. »

SOS Racisme – « Charles Maur­ras ne s’est pas éga­ré […] dans des idéo­lo­gies anti­dé­mo­cra­tiques et anti­sé­mites. Le rejet de la démo­cra­tie et son « anti­sé­mi­tisme d’É­tat » sont les deux prin­cipes struc­tu­rants de son œuvre idéo­lo­gique. Donc, non : Charles Maur­ras […] n’est pas une figure « contro­ver­sée », terme ren­voyant à l’i­dée de la légi­ti­mi­té d’une dis­pu­ta­tio sur les thèses énon­cées. La peine qui lui fut infli­gée était double : la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té et la dégra­da­tion natio­nale. Ne lais­sons qui­conque opé­rer une opé­ra­tion de réha­bi­li­ta­tion de celles et de ceux qui, par leurs écrits et leurs actions, ont contri­bué à assom­brir le siècle der­nier. »

Jean-Chris­tophe Buis­son, direc­teur adjoint du Figa­ro Maga­zine (Twit­ter) – « Ceux qui hurlent contre la com­mé­mo­ra­tion #Maur­ras, vous deman­dez-vous pour­quoi Proust, Wal­ter Ben­ja­min, Daniel Cor­dier, Berg­son, Apol­li­naire, Althus­ser, Lacan, Colette, Claude Roy, Cla­vel, Mal­raux, Gide, Mess­mer ou Blan­chot admi­rèrent #Maur­ras ? Réponse en avril chez @ColBouquins. »