You are currently viewing Laï­ci­té : ça ne marche pas, donc on continue

Laï­ci­té : ça ne marche pas, donc on continue

M. Blan­quer, ministre de l’Éducation natio­nale, a annon­cé la créa­tion d’une « uni­té laï­ci­té » dans son minis­tère, com­po­sée de « sages » et des­ti­née à défi­nir les règles du jeu de la laï­ci­té. Dans chaque aca­dé­mie, cette uni­té aura son pen­dant, des­ti­né à inter­ve­nir dans les éta­blis­se­ments où se pose­ront des pro­blèmes de res­pect de la laï­ci­té. Ce sera une équipe plu­ri­dis­ci­pli­naire qui inter­vien­dra (juristes, psy­cho­logues, ensei­gnants, etc.) qui ten­te­ra alors d’instaurer un dia­logue avec la famille concernée.Ce n’est pas la pre­mière fois qu’un ministre de l’Éducation natio­nale tente de répli­quer au pro­sé­ly­tisme reli­gieux de cer­tains. Il existe déjà un « réfé­rent laï­ci­té » dans chaque aca­dé­mie et un char­gé de mis­sion minis­té­riel. Une « charte de la laï­ci­té » est éga­le­ment affi­chée dans chaque éta­blis­se­ment sco­laire. Et un ensei­gne­ment, l’Éducation Morale et Civique, est char­gé de faire com­prendre aux élèves les règles de la citoyen­ne­té, dont la laï­ci­té. Il faut croire que cela ne suf­fi­sait pas ou n’était pas assez effi­cace. Ce n’est pas éton­nant et cette nou­velle mesure n’arrangera rien.

Les ministres suc­ces­sifs refusent de nom­mer la source des attaques contre la laï­ci­té à l’école : l’islam sala­fiste qui tente de s’imposer par tous les moyens en France comme ailleurs. Ce sont ses adeptes qui, déjà dans les années 90, ont ten­té d’imposer le voile à l’école. Eux qui ont conti­nué sur cette voie en deman­dant que des mères voi­lées puissent accom­pa­gner des sor­ties sco­laires. Encore eux qui réclament des repas hal­lal dans les can­tines et font pres­sion sur les autres enfants pen­dant le rama­dan. Tou­jours eux qui refusent que leurs filles aillent à la pis­cine, incitent leurs enfants à contes­ter, en his­toire, leur pro­fes­seur sur cer­tains faits, notam­ment de la Seconde Guerre mon­diale. Mais de peur d’être taxés d’islamophobie, voire de racisme, ces ministres ont pré­fé­ré mettre l’accent sur une laï­ci­té qui ne peut contrer cet islam. Cer­tains (cer­taine…) allant même, au contraire, jusqu’à modi­fier les pro­grammes pour lui complaire.

La suite