« Soleil cou cou­pé »

« Soleil cou cou­pé »

Man­da­té depuis sep­tembre der­nier par Macron pour la sau­ve­garde du patri­moine en péril, l’a­ni­ma­teur de télé­vi­sion Sté­phane Bern sou­haite faire payer l’en­trée des cathé­drales en France, s’ins­pi­rant, dit-il, des autres pays euro­péens : « On est le seul pays où leur accès est gra­tuit. À Londres, l’en­trée à l’ab­baye de West­mins­ter est fixée à 24 euros ! » – oubliant de pré­ci­ser qu’Anne Hidal­go, pour Notre-Dame, avait déjà eu la même idée au com­men­ce­ment de son man­dat et qu’elle s’é­tait alors vu oppo­ser une fin de non-rece­voir de l’ar­che­vê­ché de Paris. Bern, du reste, avoue qu’il ne fait que res­sor­tir l’i­dée de « la » maire de Paris, en repre­nant l’ar­gu­ment de celle-ci dans son entre­tien au Pari­sien du 10 novembre : « Une ville comme Paris n’a plus les moyens d’en­tre­te­nir son patri­moine reli­gieux. » Ce qui est faux. Pre­mière ville tou­ris­tique du monde, Paris pour­rait entre­te­nir ses églises qui par­ti­cipent plei­ne­ment de son attrac­ti­vi­té et lui rap­portent donc… Tout est évi­dem­ment une ques­tion de choix : et ceux de « Notre-Drame de Paris », c’est de pri­vi­lé­gier les Jeux olym­piques, pour les­quels le scan­da­leux voyage à Lima de la délé­ga­tion fran­çaise en sep­tembre – 1,5 mil­lion d’eu­ros – annonce un gas­pillage finan­cier sans pré­cé­dent ; de sub­ven­tion­ner des asso­cia­tions immi­gra­tion­nistes ou LGBT ou de trans­for­mer la capi­tale en sana­to­rium fes­tif en en chas­sant la voi­ture. Tout en lais­sant non seule­ment se déla­brer ses églises, mais aus­si pro­li­fé­rer les rats et trans­for­mer l’an­cienne Ville Lumière en der­nier dépo­toir de France à ciel ouvert.

L’âme de la France mise en vente

Qu’im­porte les exemples étran­gers, même de pays dits catho­liques, comme l’Au­triche, l’I­ta­lie ou l’Es­pagne ? Que dans notre Répu­blique laïque et obli­ga­toire, les cathé­drales et les simples églises soient encore consi­dé­rées avant tout comme des lieux de prière peut paraître sau­gre­nu aux yeux d’Anne Hidal­go ou de Sté­phane Bern. Aux nôtres, c’est la réaf­fir­ma­tion essen­tielle que tout ne se vend ni ne s’a­chète et qu’il ne convient pas de réin­tro­duire les mar­chands dans un temple… trans­for­mé en musée !

Pour­quoi don­ner une telle impor­tance à ce qui pour­rait n’ap­pa­raître que comme une anec­dote ? Parce qu’elle illustre com­bien la vic­toire d’Em­ma­nuel Macron pro­voque un total ren­ver­se­ment de tous les fon­de­ments de la socié­té fran­çaise – et la Confé­rence des évêques de France, qui est aus­si­tôt mon­tée au cré­neau, ne s’y est pas trom­pée. Faire payer l’en­trée des cathé­drales ou des églises remar­quables, c’est inver­ser, et donc nier, la nature même du bâti­ment, en faire un monu­ment véné­rable par sa dimen­sion his­to­rique et artis­tique et non plus par son carac­tère sacré, qui devient acces­soire. On dira que la plu­part des tou­ristes visi­tant nos cathé­drales ne sont pas croyants, ni même bap­ti­sés ? Et alors ? Outre que, dans la défi­ni­tion du tou­riste, n’entre pas celle de l’in­croyant – en termes sco­las­tiques on dira que le « tou­riste » n’est pas une espèce du genre « incroyant » –, on ne sau­rait réduire ce qui consti­tue l’âme d’un pays à des monu­ments d’un pas­sé qu’on sou­hai­te­rait révo­lu – en l’oc­cur­rence le catho­li­cisme comme pas­sé reli­gieux de la France –, et qui se visitent comme tels. Ni accep­ter que les « der­niers » croyants soient, comme les der­niers Peaux-Rouges d’A­mé­rique du Nord sur leur ter­ri­toire, par­qués dans quelque zone de la cathé­drale

encore réser­vée à la prière.

La Macro­nie, c’est le règne arro­gant et cynique de l’argent, deve­nu le cri­tère à l’aune duquel tout est mesu­ré. La vic­toire que l’o­li­gar­chie vou­drait défi­ni­tive de l’a­voir sur l’être. D’où la vul­ga­ri­té fon­cière du macro­nisme, cet idéal maté­ria­liste et consu­mé­riste que notre Jupi­ter phi­lo­sophe pro­pose à la jeu­nesse – deve­nir mil­liar­daire –, vul­ga­ri­té qu’il ne peut plus conte­nir à inter­valles régu­liers, comme si le ver­nis finis­sait pas cra­quer au contact de ceux dont il res­sent la simple pré­sence comme une offense à sa basse concep­tion de la réus­site cal­cu­lable en termes de cos­tards. D’où, aus­si, l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de tout ce qui res­pire l’être pour le réduire à une dimen­sion stric­te­ment uti­li­ta­riste. Véri­té du « en même temps » : faire d’une cathé­drale en même temps un musée dont on paie l’en­trée et un lieu de prière abou­tit à la réduc­tion du spi­ri­tuel au cultu­rel, puis de celui-ci à sa ren­ta­bi­li­té tou­ris­tique.

Macron et la figure du roi

Don­ner le change, pour mieux sub­ver­tir. Parce que, comme jadis Gis­card, il les regarde de l’ex­té­rieur : c’est dans les médias étran­gers que Macron aime livrer sa pen­sée sur les Fran­çais. Et de reve­nir une énième fois, le mois der­nier, dans un entre­tien à l’heb­do­ma­daire alle­mand Der Spie­gel, sur la pré­ten­due ver­ti­ca­li­té dans laquelle il sou­haite s’ins­crire, tour­nant le dos à la nor­ma­li­té du quin­quen­nat pré­cé­dent. Mais là encore, c’est la struc­ture sans le conte­nu, comme dans ce pre­mier entre­tien qu’il avait don­né à L’Un en juillet 2016 où le roi n’est qu’une « figure », et non une « réa­li­té effec­tive, une per­sonne », comme le défi­nit Bou­tang. Aux yeux de Macron, la ver­ti­ca­li­té n’est qu’une pos­ture, dépour­vue de toute trans­cen­dance véri­table. Comme il le pré­cise au Spie­gel : en France, « l’É­glise catho­lique a mar­qué la socié­té d’une empreinte ver­ti­cale de haut en bas [sic] et je suis per­sua­dé que cela [resic] per­siste ». Le phé­no­mène du sou­ve­rain ne serait donc plus qu’un mar­queur de notre rap­port au pou­voir à la fois intan­gible mais dépour­vu de toute signi­fi­ca­tion (comme nos cathé­drales deve­nues musées), ce que n’a­vaient com­pris ni Sar­ko­zy, ni sur­tout Hol­lande. Les Fran­çais en auraient besoin comme d’une poudre aux yeux sym­bo­lique qu’il faut leur jeter pour mieux leur faire admettre, sous les atours royaux, la fin du poli­tique dans un monde deve­nu « poreux ». Et d’a­jou­ter : « Non, je ne me prends pas pour un roi ! Mais, qu’on le veuille ou non […] : la France est un pays de monar­chistes régi­cides. Para­doxe : les Fran­çais veulent élire un roi, et en même temps pou­voir le ren­ver­ser quand ils veulent. » Réécri­ture pleine de signi­fi­ca­tion des trois régi­cides (Hen­ri III, Hen­ri IV et Louis XVI), dont aucun ne fut la consé­quence d’un consen­sus popu­laire. Au contraire, les deux pre­miers furent le fait d’illu­mi­nés armés par des conspi­ra­teurs ultra-mino­ri­taires, le troi­sième ouvrit sur une guerre civile. Quant aux révo­lu­tions de 1830 et 1848, elles furent impo­sées par une frac­tion de Paris au reste de la nation.

On l’au­ra com­pris, ce qui fas­cine Macron, ce n’est pas la trans­cen­dance effec­tive du sou­ve­rain, inter­face ou non d’une trans­cen­dance divine (le sacre des rois de France). Mais le régi­cide. Autre­ment dit la mort vio­lente du sou­ve­rain. C’est qu’il se sait condam­né à prendre de court les Fran­çais, s’il veut en finir, comme c’est son pro­jet, avec l’in­dé­pen­dance de la nation, défi­ni­ti­ve­ment, dans une Europe qui aurait réglé le pro­blème de notre rap­port pré­ten­du­ment régi­cide au sou­ve­rain en s’ap­pro­priant elle-même la sou­ve­rai­ne­té.  C’est une lutte à mort qui se trouve ain­si enga­gée contre notre liber­té et que Macron est char­gé de conduire, ce qu’il fait avec pru­dence et déter­mi­na­tion, par petites touches, par petites vic­toires suc­ces­sives, en s’ef­for­çant de rendre l’Eu­rope chaque jour plus incon­tour­nable tout en nous ali­gnant sur l’Al­le­magne. Il ne flatte notre goût de l’his­toire que pour mieux en faire notre pas­sé révo­lu, que vien­dront visi­ter par cars entiers les tou­ristes du monde entier – et les Fran­çais eux-mêmes, deve­nus tou­ristes étran­gers à leur propre pays, à leur propre civi­li­sa­tion. Mais il sait aus­si qu’il n’y a pas loin du Capi­tole à la roche Tar­péienne. D’où le carac­tère mor­bide de sa fas­ci­na­tion pour le régi­cide. « Soleil cou cou­pé » (Guillaume Apol­li­naire, « Zones », Alcools).

Fran­çois Mar­cil­hac