Des succès en trompe-l’œil

Les bonnes nouvelles économiques s’accumulent pour le nouveau gouvernement, mais elles relèvent surtout – pour l’instant du moins – d’une communication bien maîtrisée.

Chômage, taxation des GAFA, travail détaché… Les victoires économiques, qu’elles soient partielles ou ponctuelles, semblent déjà ponctuer les premiers pas du nouveau président dans la voie toute tracée de la prospérité promise par Bruxelles et la BCE à qui se pliera à leurs injonctions. Victoires saluées par une majorité de médias qui manquent plus que jamais de recul et d’analyse lorsqu’il s’agit de commenter les faits d’armes du président jupitérien. Il ne faudrait pas oublier que Jupiter, si elle est la plus grosse planète du système solaire, est avant tout une planète gazeuse. Tout ce qu’on trouve à sa surface, c’est, en quelque sorte, du vent.

Un vent d’optimisme

Celui qui souffle actuellement sur l’économie est un vent d’optimisme, alimenté par les derniers chiffres de l’emploi  : soixante-cinq mile chômeurs de moins au mois de septembre. Pour être encourageants, ces chiffres n’en sont pas moins à circonstancier. Depuis le début du quinquennat, le chômage est resté stable (quatre mille demandeurs d’emploi en plus au total), sans qu’on ait vraiment l’impression d’avoir entendu parler des hausses des mois de mai, juillet et août. Comme il s’y était engagé, le ministre du Travail ne commentera ces chiffres que chaque trimestre, en analysant pas moins de quarante indicateurs qui lui permettront, au choix, de mieux illustrer les mécanismes qui auront entraîné la baisse du chômage ou de trouver des explications à sa hausse ponctuelle ou persistante. Autre nouveauté, ce ne sont plus les chiffres de Pôle emploi qui seront retenus mais ceux de l’Insee, puisque ce sont les seuls qui répondent à la définition du chômage au sens du BIT (Bureau international du travail). Quelle différence  ? Pôle emploi publie les chiffres mensuels des demandeurs d’emplois inscrits quand l’Insee réalise des sondages trimestriels auprès d’échantillons de centmille personnes environ. À terme, l’impact sera nul, puisque ce n’est qu’une question de thermomètre. Cependant, depuis le début de la décennie, les courbes ont eu tendance à s’écarter significativement (voir graphique)  ; effet d’optique assuré.

Unanimisme médiatique

Le deuxième succès que s’attribue le Gouvernement concerne la taxation des géants de l’économie numérique (Google, Apple, etc.) Nous avons déjà montré dans nos colonnes (voir le n° 2962 du 2123 septembre 2017) à quel point les gesticulations européennes de Macron avaient une probabilité infime d’aboutir, alors qu’une action législative nationale permettrait de poser les bases solides d’une «  fiscalité réelle pour un monde virtuel  ». Là encore, l’unanimité médiatique aidant, seule la performance macronienne est restée dans les esprits.

Le travail détaché perdure

Plus récemment, c’est sur la question du travail détaché que notre président s’est illustré. C’est d’ailleurs un sujet que nous avons également traité à plusieurs reprises tant il est révélateur de la doctrine européenne et dévastateur pour l’emploi et le tissu économique français. Annoncé depuis plusieurs semaines, l’assaut a été donné le 23 octobre et aura duré pas moins de douze heures. Il en ressort notamment que le revenu minimum ainsi que les primes prévues par les conventions collectives du pays d’accueil s’appliqueront, mais les cotisations sociales resteront celles du pays d’origine. Le prétendu tour de force de Macron consiste à avoir obtenu la réduction de la durée maximale de détachement de de vingt-quatre à douze mois – avec prolongation possible de six mois. Or, la durée moyenne d’un détachement est de trois mois environ (moins de neuf mois pour les pays les plus pourvoyeurs de travailleurs détachés comme la Lituanie ou l’Estonie). De plus, la durée du détachement s’entend a priori de celle de la mission confiée par une entreprise  ; elle peut donc facilement être contournée par alternance des structures employeuses ou des travailleurs… Pour arriver à ce résultat, une concession a été faite sur le secteur du transport, exclu du texte. Macron a donc cédé là où il aurait dû frapper, et il a frappé là où c’était le moins utile. Cerise sur le gâteau, il a été prévu dans le texte que celui-ci n’entrerait pas en vigueur avant 2022.

Méthode Coué  ?

«  Si étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Si elle ne l’est pas, nous obtiendrons le maximum d’améliorations qu’il est possible d’obtenir  » C’est ainsi qu’Émile Coué synthétisait la méthode qui porte son nom, dont nous avions déjà eu un aperçu sous Hollande – «  ça va mieux  ». Ainsi pourrait-on appréhender la méthode Macron, dont l’obsession de «  restaurer la confiance  » est l’illustration (la con-fiance étant certes un élément déterminant de la santé économique d’un pays). Si Macron n’a pas encore gagné la bataille de l’emploi, il est bien parti pour gagner celle de la communication. Et de la communication à la manipulation de la confiance, de la méthode Coué à la «  doublepensée  », il n’y a qu’un pas.

Pierre Marchand

Paru dans l'Action Française 2000 n° 2965 du 02 Novembre 2017.