Trois films à évi­ter cet été

Trois films à évi­ter cet été

Toutes les réa­li­sa­tions ne font pas hon­neur au Sep­tième Art. La preuve, en cet été 2017, avec Song to Song, My Cou­sin Rachel et Office.

Song to Song (sor­tie le 12 juillet 2017)

De Ter­rence Malick. Le fes­ti­val d’Aus­tin (Texas) avec le par­cours de deux couples en quête de suc­cès sur la scène rock. Des extraits musi­caux toni­truants et très moyens, une voix off débi­tant les fadaises conve­nues d’une fille qui se cherche dans son amour. Des plans, certes bien fil­més, de couples ici et là sans aucune jus­ti­fi­ca­tion… Bref, du n’im­porte quoi et Ter­rence Malick se moque une fois de plus du public, lui fai­sant croire qu’il a « fait un film ». Le pen­dant en des­sin ou en pein­ture s’ap­pel­le­rait du gribouillage.

My Cou­sin Rachel (sor­tie le 26 juillet 2017)

De Roger Michell. Adap­té du roman de Daph­né du Mau­rier qui devait être net­te­ment moins pas­sion­nant que son magni­fique Rebec­ca. Un noble anglais, après avoir épou­sé une jolie veuve ita­lienne (Rachel Weisz), meurt ; puis son cou­sin Phi­lip (Sam Cla­flin) recherche cette femme dis­pa­rue, la retrouve, en tombe amou­reux, agit comme un benêt, la soup­çonne d’a­voir empoi­son­né le cou­sin puis tombe malade après moult tisanes concoc­tées par l’I­ta­lienne. Cette his­toire est bien longue et ennuyeuse au pos­sible sous la pluie ou le ciel bla­fard et la lumière blan­châtre de Cor­nouailles. Deux excel­lents acteurs et les beaux pay­sages de la cam­pagne anglaise ne suf­fisent pas à sau­ver le film.

Office (sor­tie le 9 août 2017)

Le réa­li­sa­teur chi­nois de Hong Kong John­nie To est très éclec­tique et a alter­né bons et mau­vais films. Celui-ci se veut, sur le mode comé­die musi­cale, être un por­trait cri­tique du monde de la finance chi­noise lors de la crise de 2008. Si l’on retrouve le goût de John­nie To pour les décors soi­gnés et les beaux éclai­rages, le scé­na­rio et son trai­te­ment n’ont que peu d’in­té­rêt et sont dif­fi­ci­le­ment abor­dables pour des Euro­péens. Les séquences qui se veulent « comiques » nous laissent rien de moins que dubi­ta­tif ! À éviter.

Fré­dé­ric Pic