You are currently viewing Il paraît que, fina­le­ment, je peux assis­ter au fes­ti­val “inter­dit aux blancs”

Il paraît que, fina­le­ment, je peux assis­ter au fes­ti­val “inter­dit aux blancs”

J’avais fait confiance à la facho­sphère qui criait que cette ren­contre était inter­dite aux Blancs. Men­songe… J’avais cru Anne Hidal­go qui disait la même chose et qui vou­lait inter­dire le fes­ti­val. Re-men­songe… J’ai été abu­sé à la fois par des fas­cistes, et par une socia­liste. Ce qui est assez exceptionnel.

J’apprends en effe­ten lisant Libé­ra­tion  que tout ça est très exa­gé­ré, et qu’il n’y a pas de quoi faire tout ce bruit. Je pen­sais être contrô­lé au faciès. Je croyais qu’on m’éjecterait car je suis blanc. En effet, je suis blanc, et je devais être reje­té car je ne suis pas vic­time du « racisme d’Etat ». Je ne suis ni noir, ni arabe, ce qui n’est pas fameux. En plus je suis Juif. Et je mange tous les matins un enfant pales­ti­nien au petit-déjeu­ner. Et enfin est venu, la bonne, l’excellente, la grande nouvelle !

Libé­ra­tion rap­pelle certes que le fes­ti­val comp­te­ra trois espaces « non mixtes » où je ne suis pas convié. L’un dédié aux femmes noires, et à elles seules. L’autre accueillant des per­sonnes noires (donc des hommes aus­si) et rien qu’elles. Et encore un ouvert aux « per­sonnes raci­sées » et à per­sonne d’autre. Mais, ô joie, ô bon­heur, il y a, nous apprend-on, un qua­trième espace « mixte ». En consé­quence de quoi je peux y aller.

La suite