Nicolas Hulot, ministre écologiste dans une République qui ne l’est pas…
|

Nicolas Hulot, ministre écologiste dans une République qui ne l’est pas…

La nomination de Nicolas Hulot au ministère de la transition écologique était une rumeur insistante depuis mardi soir avant de devenir une réalité ce mercredi : c’est, comme le disait un commentateur, une « belle prise » pour le président, mais il n’est pas certain que cela plaise beaucoup aux notables socialistes de Nantes et de Rennes, attachés de façon viscérale à la construction d’un nouvel aéroport international à Notre-Dame-des-Landes. Car l’acceptation de M. Hulot laisse entendre que le projet n’est plus, en tant que tel, d’actualité, et, désormais, c’est vers un réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique que l’on se dirige, ce qui paraît plus raisonnable et moins coûteux, tant sur le plan financier qu’environnemental. Personnellement, je me réjouis, si l’information se confirme (1), de l’abandon d’une structure aéroportuaire qui risquait de dévaster le dernier exemple de bocage traditionnel de l’Ouest du pays : au-delà des espèces de flore et de faune ainsi sauvées, c’est aussi la sauvegarde d’un paysage qui, jadis habituel en Bretagne, est devenu exceptionnel, voire unique sur une telle superficie de près de 3.000 hectares.

Néanmoins, M. Hulot pourra-t-il faire face aux nombreux groupes de pression financiers et économiques (de Veolia à Vinci) qui, aujourd’hui, semblent mener le jeu en République ? En aura-t-il les moyens et sera-t-il soutenu par les instances de l’État et par un gouvernement qui ne brille pas vraiment par sa coloration écologique ? A moins que le président Macron décide d’engager une véritable politique de transition, de l’État-béton à « l’État-beauté » comme le disait joliment un ami royaliste écrivain et poète ? En fait, les mois à venir répondront probablement à cette question, et il n’est pas assuré qu’elle soit complètement positive.

La suite