Présidentielle  : au-delà de l’élection

Présidentielle  : au-delà de l’élection

«  Il n’est pas facile […], pour un peuple, de se donner un chef. Après bien des soubresauts, l’ancienne France avait fini par penser que c’était à la fois dangereux et illusoire  », jugeait Pierre Boutang dans La Nation française, le 24 octobre 1962, à l’occasion du référendum qui, quelques jours plus tard, allait instaurer l’élection du président de la République au suffrage universel. Combien ces propos, écrits il y a plus d’un demi-siècle, sonnent, aujourd’hui, avec une actualité redoublée, alors que, pour la plupart, des nains politiques se disputent les suffrages des Français. Ceux qui sont donnés possiblement vainqueurs en fin de course, Fillon ou Macron, ne feront-ils pas qu’étaler une impuissance volontaire une fois arrivés à la tête du semble-État  ? Leur vocation assumée, et de surcroît en anglais pour Macron – la langue de ses maîtres –, n’est que celle de vassaux de l’oligarchie mondiale, via la soumission de la politique française à Bruxelles et à Berlin. Triste perspective  !

Macron est assurément celui qui a le mieux compris le secret que Barnier feignait de révéler en février 2002 dans Libération. Ouvrant son propos en demandant  : «  Est-il utile de tromper le peuple  ?  », il répondait aussitôt  : «  La question posée sans ambages par Frédéric II à Condorcet résonne comme un écho d’Ancien Régime […]. Et pourtant, à l’heure où candidates et candidats à la présidence préparent calicots, arguments et ripostes, il est une sorte de secret dans le débat politique français. Un secret qu'[…] il me semble d’intérêt général de livrer aux citoyens pour aider leur jugement.  » Lequel  ? Que «  la plupart des décisions que les candidats vont s’engager à prendre avec la confiance du peuple ne relèvent plus d’eux seuls  ». Et d’ajouter alors, avec un contentement non feint  : «  Voilà qui réduit singulièrement, j’en suis conscient, la capacité des candidats à multiplier effets d’annonce et coups de mentons.  »

Un cynisme discret

Michel Barnier ne faisait alors rien d’autre que de nous inciter à dépolitiser l’enjeu de la présidentielle. Telle était, déjà, la rupture, la vraie, à laquelle il invitait les Français, non sans un cynisme discret puisque cette volonté de déclasser l’enjeu présidentiel de l’ordre de la raison politique, afin que les choix majeurs – ceux-là seuls qui intéressent l’élection présidentielle – ne puissent plus faire l’objet d’un débat, tel était en fait le véritable grand secret, que Michel Barnier, en despote éclairé, et oligarque européen, ne jugeait pas encore utile de livrer aux Français. Dissimulait même sous l’aveu de son vrai-faux secret. Ce cynisme, la classe politique le paya comme on sait  : le peuple se vengea en qualifiant, vainement, Jean-Marie Le Pen pour le second tour. Quinze ans plus tard, en 2017, le discours politique se réduit, du moins chez les candidats de l’oligarchie, à craindre l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen. La fille, après le père. Mais en jouant sur la peur et, surtout, en refusant de donner aux Français une perspective nationale, Macron incarne de façon paradigmatique, si on peut dire, le renoncement de la France à exister.

EHPAD des soixante-huitards

Son refus de donner un programme précis ne vise pas à respecter l’esprit des institutions, selon lequel il appartient non pas au président mais bien au Premier ministre et à son gouvernement, soutenu par la majorité parlementaire, de déterminer et de conduire la politique de la nation. Non, Macron a simplement avalisé, mieux, intériorisé, la disparition même de la France comme être politique, sa relative jeunesse – il a trente-neuf ans – permettant de faire passer ce renoncement pour l’avenir lui-même. Pourtant, à voir ses principaux soutiens affichés, on est en droit de se demander si, au contraire, l’avenir n’est pas du côté des patriotes plutôt que de celui des morts-vivants d’une idéologie mondialiste de plus en plus vigoureusement rejetée par les Français  : de Pierre Bergé à Jacques Attali, d’Alain Minc à Daniel Cohn-Bendit, son comité de soutien, c’est l’EHPAD des soixante-huitards, rejoint par un François Bayrou que ses palinodies incessantes ont vieilli précocement. Tel est le véritable échec de la Ve République  : avoir plaqué, pour répondre au vœu profond des Français, le rêve d’une monarchie républicaine sur une classe politique qui ne l’a utilisée que pour mieux trahir sa mission. L’élection présidentielle au suffrage universel n’a jamais été que l’arbre cachant la forêt  : le triomphe de partis politiques qui se sont eux-mêmes progressivement transmués en courroie de transmission d’une idéologie mondialiste. La réforme de 1962 ne pouvait avoir d’autre justification que de permettre de renouer le lien rompu entre le pays légal et le pays réel, c’est-à-dire de relégitimer le pays légal lui-même. Mais seule la perspective de l’élection du prince capétien, trois ans plus tard, aurait réalisé cette alchimie historique  : le peuple, souverain temporaire, mais cause suprême, renouvelant son existence originelle via l’élection unique et définitive du Souverain – le vrai – au suffrage universel. Répétée, l’élection ne pouvait plus que se dégrader, ce qu’elle fait chaque fois un peu plus.

L’oligarchie, c’est la guerre civile

Le 18 mars 1964, Boutang, toujours lui, remarquait  : «  Le pire serait, sous le nom de république, de risquer l’élection d’un partisan, ou d’un factieux, à la tête de l’État d’essence royale, c’est-à-dire de couronner la guerre civile.  » La guerre civile, ce n’est plus tant, aujourd’hui, le jeu des partis, désormais d’accord sur l’essentiel, à savoir l’effacement politique, culturel et ethnique du pays réel. Ils ne diffèrent plus que sur les modalités. Non, la guerre civile, c’est celle que l’oligarchie, couronnée tous les cinq ans par un souverain illusoire, l’électeur, mène désormais tous les jours contre le pays réel. C’est celle que cette même oligarchie menace ouvertement de rendre sanglante si jamais les Français se réveillaient en élisant un candidat patriote.

Le peuple français est aujourd’hui appelé à trouver dans l’Europe son existence originelle, une Union européenne qui a neutralisé le jeu des partis, également soumis à une prétendue sacralité ultramontaine – Bruxelles – qui les rend étrangers aux Français. Mais le résultat n’en est que plus criant  : c’est pourquoi aucune excuse bruxelloise, aucune fatalité mondialiste ne saurait prévaloir contre le fait que le politique demeure au niveau national  : les Britanniques nous l’ont admirablement démontré l’année dernière.

Un état d’esprit royaliste

Toutefois, la volonté d’une nation, dans sa formation comme dans son expression, dépend aussi de conditions historiques. Le mépris, voire la haine des Français à l’encontre de la classe politico-médiatique est indéniable. Mais un événement est nécessaire  : il peut surgir du terreau des renoncements et des trahisons accumulés par l’oligarchie. Pour que le peuple puisse un jour renouer avec son existence originelle, il faudra, comme le prince Jean aime à le rappeler, la réalisation de trois conditions  : «  La première, que le Prince soit prêt. Je suis prêt. Les deux autres  : la volonté des Français et les circonstances.  » À nous de favoriser celles-ci tout en continuant de travailler à créer un état d’esprit royaliste.

François Marcilhac