Le Nationalisme français et le Nationalisme allemand

I
Les Encycliques

On ne saurait trop le dire, les deux dernières encycliques 1 sont des événements.

La condamnation du communisme va contribuer puissamment à rétablir une unité profonde entre les défenseurs de l’ordre, et dans l’état présent du monde il n’y a rien de plus désirable.

La condamnation, formelle et directe, de l’hitlérisme apporte enfin le trait de lumière souhaité aux esprits qui hésitaient sur les terrains vagues du nationalisme modéré ou du nationalisme exagéré, ces adjectifs qualificatifs n’ayant dit rien de net à personne, sinon que le premier était licite et le second interdit. Comment, jusqu’ici, se débrouiller là-dedans ?

On sait maintenant ce qui est interdit, c’est l’hitlérisme, c’est le germanisme d’Hitler, c’est la métaphysique religieuse du sol et du sang.

Il ne s’agit pas de renier sa race ni sa patrie. Il s’agit de distinguer entre des notions morales, des sentiments naturels, des idées humaines et ce qui fait l’objet d’une sorte de monothéisme historique, temporel et terrestre tout à fait aberrant.

II
Trente ans avant Hitler

Les Français qui, par comparaison à l’hitlérisme, voudront s’informer de la véritable nature du nationalisme de leur pays ont à leur disposition des textes décisifs.

Qu’ils ouvrent, tout d’abord, l’avant-dernier livre de Jacques Bainville, si précieux, Lectures 2, à la page 220. Ils liront :

Le ministre hitlérien de l’instruction publique a cité l’autre jour comme une Bible le livre d’un professeur d’anthropologie à la Faculté de Rennes, Vacher de Lapouge. Je me rappelle très bien que ce livre, L’Aryen, son rôle social, avait paru dans les environs de l’année 1900, et que Charles Maurras avait mis le très jeune lecteur que j’étais en garde contre ces rêveries de race pure.

Bainville écrit dans la même page :

Gobineau est à la source du racisme.

Si, donc, les fondateurs du Nationalisme français avaient eu le moindre penchant pour ces basses sottises, Bainville l’observe avec raison, les livres français y auraient abondamment pourvu. On avait la bible, la source. Et l’on était à l’origine du mouvement ; la liberté de direction, la liberté de choix étaient absolues pour nos amis.

Écoutez-les parler de M. de Gobineau, dès les premières années du XXe siècle :

Analysant un livre ingénieux et pénétrant que M. Seillière 3 a consacré au comte de Gobineau, M. Paul-Boncour a remarqué à différentes reprises que je ne me référais point à la doctrine de l’Essai sur l’inégalité des races humaines.

M. Paul-Boncour m’en a demandé la raison.

Elle est très simple. Je n’admets pas cette doctrine.

Plus loin, étudiant un livre fort intéressant d’un disciple très original de Gobineau, et, selon nous, bien supérieur au maître, le comte de Leusse 4, j’écrivais, et ce compte rendu de cette « lecture orageuse » est vieux de plus de trente ans :

… J’ai, pour mon compte, toujours pris garde de séparer les réflexions sur l’hérédité politique et économique d’avec ces généralisations vagues, aventureuses et captieuses sur la stricte hérédité physiologique.

Une aristocratie peut être formée de sangs assez divers et, ce nonobstant, accomplir toutes ses fonctions les plus hautes, si d’autres conditions s’y prêtent favorablement. Il y a aux débuts de l’histoire de France une aristocratie franque, une aristocratie scandinave, une aristocratie gallo-romaine 5. Toutes trois, surtout la première et la dernière, ont concouru à l’admirable système féodal. Ont-elles été inférieures dans ce rôle à l’aristocratie teutonique ou mieux à l’aristocratie danoise, qui, pour M. de Leusse, représentent une veine plus pure du sang des « Aryans » ?…

… Nous savons qu’un État ne peut être prospère sans un pouvoir héréditaire, ou simple ou collectif, résidant dans une dynastie ou dans une aristocratie ; nous le savons, parce que nous savons pourquoi cela est. Mais nous ne pouvons pas dire que nous sachions que ces races régnantes ou gouvernantes régneront et gouverneront d’autant mieux qu’elles seront plus pures. S’il n’y avait qu’une race supérieure, on comprendrait que tout mélange l’abâtardit ; mais, aux époques historiques, quand les races sont en présence, c’est une question de savoir s’il y a des premiers et quels sont les premiers !…

Un critique malin et qui aurait le temps de contenter sa malignité aurait à détacher des Études d’histoire ethnique plus d’une ligne assez plaisante, toutes les fois que M. de Leusse est forcé d’enlever quelque vertu à ses chers Germains ou de faire sur leur dos quelque concession. En un endroit où le conflit se montre entre l’humilité chrétienne et l’impertinence germaine, ce chrétien fervent ose parler d’un ton presque piqué du christianisme. Arrivé à l’époque de la Réforme, ce catholique résolu écrit qu’il n’en parlera point.

« C’est par parti-pris, déclare-t-il, et pour des raisons dont je n’ai à rendre compte à personne que je ne traite pas dans mon travail la question de la Réforme de Luther. » Si les Aryas sont la fleur du monde et si les Germains sont eux-mêmes la fleur de l’Arya, il semble, en effet, difficile d’expliquer que ces êtres supérieurs aient mis toute leur âme à se couper d’avec la chrétienté entière et à détruire l’admirable unité catholique.

Car c’est un autre caractère distinctif du Nationalisme français ; il est fort éloigné de présenter la nécessité pratique et moderne du cadre national rigide comme un progrès dans l’histoire du monde ou comme un postulat philosophique et juridique absolu. Il voit au contraire dans la nation une très fâcheuse dégradation de l’unité médiévale. Il ne cesse pas d’exprimer un regret profond de l’unité humaine représentée par la République chrétienne.

On en trouvait une formule, parfaitement nette, dans la déclaration de novembre 1899 qui servit de départ au mouvement des idées de l’Action Française ; ce dont Fichte et ses successeurs ont fait gloire aux siècles nouveaux, nos amis ont déclaré en porter le deuil. En d’autres termes, ce qui, dans le Nationalisme français, a été une mise en garde indispensable contre la rigueur des temps, était au contraire, dans le Nationalisme allemand, présenté, constitué et systématisé comme un bien en soi.

Au nationalisme officiel des Allemands nous avons opposé une doctrine de défense, comme il le fallait bien, à moins de tout livrer, de tout sacrifier, au pire, foyers, autels, tombeaux, la haute humanité.

En défendant la France, en préservant de nos mains étendues « le flambeau de l’esprit » de notre nation, ce sont des biens traditionnels, éternels, universels que nous avons travaillé à défendre. Plusieurs de nos compatriotes ont pu s’y tromper ; leur erreur (il faut le noter) n’a pas été commise par un Allemand intelligent et cultivé, M. Ernst Curtius 6, qui a vu clairement quel « schisme » nous reprochions à l’Allemagne et comment la cause de l’intérêt français coïncide, point par point, ligne à ligne, avec le génie d’une civilisation pure et libre des conditions de temps et de lieux.

Charles Maurras

source : www.maurras.net