You are currently viewing La défense à l’épreuve du Brexit

La défense à l’épreuve du Brexit

Coopération franco-britannique, défense européenne, Alliance atlantique : aperçu des perspectives ouvertes par le vote du 23 juin 2016 en faveur du Brexit.

Le 24 juin 2016, alors que venait d’être annoncée l’issue du référendum en faveur du Brexit, le président de la République a promis que Paris serait « à l’initiative pour que l’Europe se concentre sur l’essentiel » – à savoir, tout d’abord, « la sécurité et la défense de notre continent ». Or, si le Royaume-Uni quitte effectivement l’Union européenne (UE), « la France […] continuera à travailler avec ce grand pays », y compris en cette matière, où « nos relations étroites […] seront préservées », a assuré François Hollande.

Gare aux punitions

« Qu’ils soient dans ou en dehors de l’UE, les Britanniques restent à échéance visible nos partenaires les plus crédibles et les plus sérieux en matière de défense sur le continent européen », confirme Pierre Razoux, dans une note de l’Irsem (Institut de recherche stratégique de l’École militaire). « Nous partageons des intérêts similaires (vision mondiale, siège permanent au Conseil de sécurité, détention de l’arme nucléaire, nombreux territoires d’outre-mer à protéger, intérêts géostratégiques largement convergents) que le Brexit ne modifiera pas », explique-t-il. « Sur le plan industriel », précise-t-il, « nous sommes engagés dans des projets structurants en cours de développement (missile antinavire léger, système de combat aérien futur) qui restent strictement bilatéraux ». Par conséquent, prévient-il, « il est crucial que la France continue de traiter le Royaume-Uni avec respect, de manière sereine et dépassionnée, sans l’esprit de “punition” que certains pourraient être tentés d’instrumentaliser ».

Ce partenariat s’appuie sur les accords de Lancaster House signés en 2010. Lesquels sont « une façon de “faire l’Europe sans l’Union européenne”, pour reprendre les propos de l’ambassadrice de France en Grande-Bretagne », citée par Florent de Saint-Victor dans un entretien au Marin. En fait, c’est une façon parmi beaucoup d’autres… Londres participe également à l’Occar (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement), par exemple, sous l’égide de laquelle a été développé l’Airbus A400M. En revanche, à la différence de Paris, il est resté en marge du Commandement européen du transport aérien (EATC). Force est de le constater : “l’Europe des États” chère aux souverainistes existe d’ores et déjà. En effet, ces structures-là sont indépendantes de l’UE et de sa Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), à laquelle la contribution du Royaume-Uni s’avère d’ailleurs modeste, au regard de ses capacités.

Londres préfère l’Otan

« Durant l’opération Eunavfor Atalanta contre la piraterie, Londres n’a mis à disposition qu’un navire depuis 2008 », souligne ainsi Nicolas Gros-Verheyde, animateur du blog Bruxelles 2. « Et ce pendant quelques mois à peine », précise-t-il, « soit à peine plus que les… Ukrainiens » ; « pendant ce temps », poursuit-il, « les Luxembourgeois mettaient à disposition deux avions de patrouille maritime durant plusieurs années ». De fait, observe-t-il, « le Royaume-Uni préférait mettre ses navires à disposition de l’Otan ou des Américains ». Étonnement, Pierre Razoux n’en estime pas moins que la perspective d’un Brexit « laisse présager la démonétisation » de la PSDC. Pourtant, Londres était régulièrement accusé d’en freiner le développement, s’opposant  à la création d’un QG militaire de l’Union, ainsi qu’à l’accroissement du budget de l’Agence européenne de défense (AED). Selon le collaborateur de l’Irsem, « si les Britanniques ne peuvent plus jouer au sein de l’UE, certains d’entre eux pourraient être tentés de torpiller la PSDC et de convaincre leurs anciens partenaires de l’inutilité de cet outil dont ils ne font plus partie ». Cependant, souligne Nicolas Gros-Verheyde, « un départ du Royaume-Uni n’empêcherait pas qu’il puisse continuer à contribuer, de manière extérieure, aux opérations militaires européennes, comme le font aujourd’hui nombre de pays tiers, de la Géorgie à la Colombie, en passant par la Suisse, la Norvège, la Serbie ou les États-Unis ».

Quoi qu’il en soit, « la France aurait tout à gagner à se présenter comme l’intermédiaire naturel entre le Royaume-Uni et l’UE », selon Pierre Razoux. Ce dernier entrevoit également « une opportunité de coopération supplémentaire entre l’Allemagne et la France » au sein de l’Alliance atlantique. Dans quelle mesure celle-ci serait-elle affectée par un Brexit ? Les avis sont partagés. Un analyste russe, cité par le Courrier international, anticipe « le renforcement du rôle de l’Otan, comme “dernière structure unifiant l’Europe” » ; si bien que le Brexit contribuerait « non pas à un infléchissement du rôle des États-Unis en Europe, mais au contraire à son renforcement ». À l’inverse, sur Royal Artillerie, Catoneo annonce que « nous gagnerons en autonomie par rapport aux États-Unis ».

Nouveaux équilibres

La donne serait davantage bouleversée si le Brexit s’accompagnait d’un éclatement du Royaume-Uni. Celui-ci apparaît « menacé de déclassement à la fois économique et stratégique avec l’indépendance plausible de l’Écosse », selon Pierre Razoux. Dans l’immédiat, les spéculations vont bon train quant aux nouveaux équilibres géopolitiques qui pourraient se dessiner à l’occasion du Brexit. Le vote “leave” a été « accueilli très favorablement par la Russie, la Turquie et la Chine, et de manière dubitative par les États-Unis », croit savoir Pierre Razoux. « Le retrait britannique change les termes du processus décisionnel (modifiant la minorité de blocage), modifie les équilibres au détriment de la sensibilité libérale, et laisse Paris et Berlin dans un inconfortable face à face », analyse Frédéric Charillon dans The Conversation. « Ceux qui se réjouissent aujourd’hui de la sortie annoncée du Royaume-Uni pourraient être demain les premiers à dénoncer les ambitions géopolitiques et militaires d’une Allemagne décomplexée », s’inquiète même Pierre Razoux. « Si les Britanniques n’étaient pas favorables à une politique étrangère commune digne de ce nom, la contribution du Foreign and Commonwealth Office à la diplomatie européenne renforçait considérablement l’analyse et la crédibilité de celle-ci », affirme encore celui-là. À ce propos, les chefs d’État ou de gouvernement de l’UE viennent d’adopter le 28 juin une nouvelle stratégie pour la politique extérieure et de sécurité. Y compris David Cameron donc. Brexit ou pas, l’Europe continue. Sous de multiples formes.