You are currently viewing Le jeu de dupes de Manuel Valls

Le jeu de dupes de Manuel Valls

En recou­rant pour la qua­trième fois en moins d’un an à l’article 49, ali­néa 3 de la Consti­tu­tion, pour faire pas­ser sans débats, c’est-à-dire de force, un texte légis­la­tif, Manuel Valls prouve son impuis­sance chro­nique à maî­tri­ser son aile gauche et à ras­sem­bler autour de sa poli­tique une majo­ri­té par­le­men­taire de plus en plus théorique.

Certes, les « fron­deurs » du PS, qui n’ont pour­tant pas de mots assez durs pour vili­pen­der ce qu’il reste du pro­jet de loi El Khom­ri « visant à ins­ti­tuer de nou­velles liber­tés et de nou­velles pro­tec­tions pour les entre­prises et les actif-ve‑s (sic) », n’iront pas jusqu’à s’associer à l’opposition pour ren­ver­ser le gou­ver­ne­ment. Cette atti­tude serait sui­ci­daire puisqu’elle pro­vo­que­rait des élec­tions légis­la­tives anti­ci­pées qui leur lais­se­raient peu de chance de retrou­ver leur siège de dépu­té. La soupe avant les convic­tions et l’intérêt des sala­riés ! C’est pour­quoi ils se conten­te­ront de prendre date, comme ils l’avaient fait lors du pas­sage en force de la loi Macron cen­sée moder­ni­ser l’économie.

Quant à Manuel Valls, il ne pou­vait prendre le risque, en accep­tant de nou­velles recu­lades, de mécon­ten­ter davan­tage la Com­mis­sion euro­péenne, la chan­ce­lière Mer­kel et le Medef, tout en lais­sant son rival Emma­nuel Macron prendre l’avantage sur son aile droite.

La rue pour­rait tou­te­fois ne pas se satis­faire de ce jeu de dupes, dans lequel les ambi­tions per­son­nelles et les allé­geances à l’oligarchie prennent le pas sur l’intérêt géné­ral, à savoir libé­rer l’économie tout en favo­ri­sant l’emploi et en pro­té­geant le sala­rié. A un an de l’élection pré­si­den­tielle, l’état catas­tro­phique du pays pour­rait pro­vo­quer l’impatience bien légi­time du pays réel d’en finir avec le cynisme du pays légal. L’Action fran­çaise dénonce dans ces manœuvres poli­ti­ciennes le vrai visage d’une Répu­blique inca­pable d’assurer le bien com­mun. Elle appelle les Fran­çais à la rejoindre dans sa lutte contre la dic­ta­ture des inté­rêts partisans.