You are currently viewing Atten­tats du 13 novembre : Res­pon­sables et coupables
DCIM117GOPRO

Atten­tats du 13 novembre : Res­pon­sables et coupables

Les atten­tats com­mis à Paris le 13 novembre, les plus san­glants que la capi­tale ait connus, sont venus démen­tir cruel­le­ment les fan­fa­ron­nades du pre­mier ministre, qui, le même jour, pro­cla­mait pareille­ment : « Nous assu­rons avec beau­coup de force et d’autorité la sécu­ri­té des Fran­çais et nous en fai­sons aujourd’hui la démons­tra­tion. » Pas­sant d’une extré­mi­té à l’autre, le même Manuel Valls met aujourd’hui les Fran­çais en garde contre d’hypothétiques attaques chi­miques et bactériologiques… 

La manière dont ces atten­tats ont pris de court les auto­ri­tés fran­çaises, la pré­sence par­mi les ter­ro­ristes de “migrants” venus (ou reve­nus) de Syrie ou d’islamistes fichés par les ser­vices fran­çais, la stu­peur qui a sai­si nos com­pa­triotes, montrent que la France n’est pas prête à cette guerre. Aujourd’hui, le ministre de l’Intérieur, Ber­nard Caze­neuve, vou­drait se déchar­ger de la res­pon­sa­bi­li­té de ce car­nage sur l’Europe ; mais qui donc a bra­dé la sou­ve­rai­ne­té natio­nale au pro­fit de Bruxelles, sinon la classe poli­tique dont les repré­sen­tants sont aujourd’hui « aux affaires » ?Depuis des décen­nies, cette même classe poli­tique a aus­si appe­lé et encou­ra­gé l’installation sur notre sol d’une immi­gra­tion mas­sive, extra-euro­péenne et en grande par­tie musul­mane, qu’elle a invi­tée à « s’intégrer » (sur­tout pas à s’assimiler), alors qu’au même moment elle s’employait à gom­mer l’identité natio­nale, par­ti­cu­liè­re­ment dans sa dimen­sion chré­tienne, et ran­geait le patrio­tisme aux gre­niers de la mémoire, des­quels elle exhu­mait au contraire de quoi nour­rir la haine de soi. Les mil­liers de « Fran­çais de papier » qui partent en Syrie faire le dji­had, sont l’un des résul­tats de cette poli­tique suicidaire.Ce n’est pas l’Europe qui a dic­té aux poli­ti­ciens fran­çais la diplo­ma­tie cala­mi­teuse mise en œuvre au Proche-Orient et au Magh­reb par Sar­ko­zy et Jup­pé d’abord, puis conti­nuée par Hol­lande et Fabius. [.…]

La suite sur Monde et Vie