Menu contextuel

Liens complémentaires

Informations

Lettre d'info

Recevez la lettre électronique du CRAF :


Accueil > Projet > Le trésor de l'AF

Jacques Bainville

Histoire de France

Par Pierre Pujo

Depuis Michelet, de multiples Histoire de France ont été publiées. Celle de Jacques Bainville, écrite dans les années 1920, garde tout son intérêt aujourd'hui encore par son caractère original.

D'abord, elle ne se borne pas à présenter un récit ordonné des faits, période par période. Elle prend de la hauteur et décrit l'enchaînement des causes et des conséquences.

Ensuite, c'est l'histoire politique de la formation de la nation française au long des siècles et des vicissitudes qu'elle a traversées. Pour l'étude de l'évolution de la société, on se reportera à L'Histoire des Français de Pierre Gaxotte (Éd. Fayard).

Enfin, dans ce qui constitue une longue réflexion sur l'histoire de la France, Bainville s'attache à expliquer le pourquoi des décisions des personnages politiques. Il privilégie l'analyse psychologique en soulignant leurs ambitions, les idées qui les animent, mais aussi les contraintes dues aux circonstances ou à la géopolitique. En effet Bainville a pratiqué la géopolitique avant même que cette science fût reconnue officiellement. En le lisant, on découvre, illustrées par les faits, les constantes de notre histoire nationale.

L'État capétien

Bainville décrit ainsi la France comme un pays favorisé à bien des égards par la nature, où il fait bon vivre, mais exposé aux invasions, notamment sur sa frontière du Nord-Est. La tâche des envahisseurs a été souvent facilitée par les complices qu'ils ont trouvés à l'intérieur, ou, tout simplement, par les querelles politiques internes. C'est déjà ainsi que César imposa son autorité à la Gaule entière au premier siècle avant notre ère.

Dès le début de son ouvrage, Bainville souligne la diversité ethnique de la France : « ... la fusion des races a commencé dès les âges préhistoriques. Le peuple français est un composé. C'est mieux qu'une race, c'est une nation. » Et c'est l'État qui a construit la nation. La France doit son existence au long labeur des rois capétiens.

Une autre France aurait pu voir le jour, ou pas de France du tout. Les Capétiens ont poursuivi obstinément pendant des siècles le même projet politique. Ils ont été servis par une bonne loi de succession : la loi dite salique qui fait du fils aîné du roi son successeur nécessaire. Pendant trois cent quarante ans à partir de Hugues Capet, la couronne est transmise de père en fils sans discontinuité. La dynastie se consolidera ainsi. Pendant ce temps, les empereurs allemands, jouissanr d'un pouvoir précaire car reposant sur l'élection et en conflit souvent avec la Papauté, ne parviendront pas à faire œuvre durable.

À la différence des rois anglais et des empereurs allemands, les rois capétiens surent borner leurs ambitions et avancèrent pas à pas, laissant à leurs successeurs le soin de continuer et d'achever la construction de la France.

Le roi réconciliateur

C'est par la sagesse de leur administration, et d'abord par leur justice que les Capétiens ont fait désirer et apprécier leur autorité aux Français. Nos rois ont été les défenseurs du peuple contre les féodaux. La France a traversé de graves crises politiques durant lesquelles elle fut livrée aux factions : pendant la guerre de Cent ans, les guerres de religion ou la Fronde, sans parler de la Révolution, bien sûr. Après chacune d'elles, la royauté permettait la réconciliation nationale et, avec la paix civile, le retour de la prospérité.

Dans les périodes de crise, remarque Bainville, apparaît un esprit républicain. Des agitateurs laissent croire au peuple que la France pourrait se passer de roi. Mais, de fait, ils ne sont bons qu'à jeter le pays dans l'anarchie. La France est constituée de telle sorte que, pour subsister, elle a besoin d'avoir au sommet une autorité forte, un roi qui gouverne sans entraves sur les questions essentielles pour l'avenir du pays. L'intrusion des parlements dans les affaires politiques a été néfaste pour le pays.

La chute de Napoléon, héritier de la Révolution, fut suivie des règnes réparateurs des rois Bourbon. Mais les idées libérales sapèrent la monarchie et la France demeura en révolution tout au long du XIXe siècle.

La IIIe République ne rendit pas au pays son équilibre politique. Elle ne fut qu'une absence de roi. Ballottée au gré des influences étrangères successives, elle ne sut pas apporter à la politique extérieure le même soin que les Capétiens. Elle a remporté la guerre de 1914-18, mais au prix de pertes humaines et de destructions considérables.

L'intelligence de l'Histoire

Les mauvais traités qui conclurent la guerre ne tinrent pas compte des impératifs de sécurité de notre pays. Dans leur application, écrit Bainville, la France rencontre la résistance de l'Allemagne et elle est contrariée par l'Angleterre. Le scepticisme de Bainville sur les traités était prémonitoire. La guerre resurgira vingt ans plus tard, Bainville ne la verra pas, mais il l'avait pressentie.

La grande qualité de Bainville - en dehors d'un style limpide et harmonieux - est de jeter un regard pénétrant sur l'histoire de France. Il a l'intelligence de l'histoire, comme Charles Maurras a l'intelligence de la politique.

Les européistes ne prêtent qu'une attention distraite au passé de la France. L'Europe qu'ils veulent construire signifie, disent-ils, la fin des rivalités et des guerres en Europe. Rien n'est moins sûr. On ne peut pas effacer les données de la géopolitique. La France est naturellement exposée aux invasions. Le danger peut revenir un jour. C'est pourquoi notre pays a besoin d'avoir à sa tête un pouvoir vigilant. La conclusion implicite de l'Histoire de France de Bainville pourrait être le refrain de la Royale : « Les Rois ont fait la France. Elle se défait sans Roi. »

* Dernières éditions de l'Histoire de France chez Godefroy de Bouillon et au Livre de Poche. Il existe aussi une Petite Histoire de France de Bainville pour les enfants chez Godefroy de Bouillon.

L'Action Française 2000 - 21 octobre 2004



Centre royaliste d'Action française

10 rue Croix-des-Petits-Champs - 75001 Paris

Mentions légales