Accueil du site > Archives du blog > Maurras en procès

Maurras en procès

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

Perplexe...

Jean-Marc Fédida vient d’écrire un livre surprenant, consacré au procès Maurras. Le moins qu’on puisse dire est qu’il laissera le lecteur perplexe. Perplexe quant au travail de l’éditeur : le livre est truffé de fautes d’orthographe, de ponctuation et de français.

Perplexe quant au propos : Maurras est un fou très méchant, tout à la fois demeuré et génial, handicapé égaré et homme en pleine possession de ses moyens, étranger à son propre siècle et aveuglé par une rage pathologique contre les ennemis d’une France idéale ; et donc son procès et sa condamnation sont le juste procès et la juste condamnation du nationalisme, forcément criminel. Ah.

Perplexe enfin quant à la narration : l’auteur mélange ses considérations personnelles sur la France et la nation (avec toute l’autorité d’un avocat parisien spécialiste des affaires financières), ne cite pas ses sources, met systématiquement en doute les déclarations de Maurras, qu’il insulte régulièrement (donnant ainsi une touche objective à son récit), et badigeonne d’un peu de psychanalyse une manière de reconstitution historique fantaisiste énervée.

Comment dire ? C’est mauvais. Ce qui est décevant. L’auteur promettait de faire le procès du nationalisme en même temps que celui de Maurras, perspective intéressante mais en fait absente. Il faut dire que même le procureur de l’époque ne s’y était pas risqué, et qu’à vouloir raconter le procès tout en prétendant l’éclairer par l’“analyse” de la personnalité de Maurras, Fédida ne s’est pas facilité la tâche. Son argumentation est assez simple : chaque fois que Maurras proteste de son amour de la France, il considère que c’est un délire clinique. Quant aux faits, il affirme, tranche et juge sans rien prouver (juste une perle : « Bref, L’Action Française, n’en déplaise à Maurras, était bien l’organe officiel de la milice !  » : on renonce à relever toutes les erreurs) et n’est pas capable de tenir sa promesse : le nationalisme n’est jamais analysé, seulement évoqué et moqué. L’auteur n’est pas à la hauteur de son sujet.

L’Action Française 2904

L’Affaire Maurras, Jean-Marc Fédida, L’Âge d’Homme, 2015, 19€.

Et en plus, il est ignare ! Lu dans Causeur :

« Barrès Collabo ? - Lundi 2 février, 21 h 30

Au micro de Taddéï, qui tient salon tous les soirs dans son " Europe 1 Social Club ", Me Jean-Mac Fédida parle de son dernier livre, L’Affaire Maurras [...].

"Vous qui avez 25 ans, qu’est-ce que le nom de Maurras écoque pour vous ?", demande soudain Taddeï à la jeune romancière Cécile Coulon.

Pour moi, répond l’interpellée, ce nom est associé à celui de Maurice Barrès, un autre écrivain qui, je crois, était un peu dans le même cas...

C’est différent, explique alors patiemment Fédida. Maurras est militant politique, qui va porter son combat jusqu’aux côtés du maréchal Pétain. [...] Barrès, lui, n’est jamais rentré dans cette félonie-là ; d’ailleurs, il ne fera l’objet d’aucune poursuite à la Libération  [1]. "

Elle est pas bonne, celle-là ?

[1] Note à l’attention de Jean-Marc et de ses camarades de classe : Barrès a été arraché à notre affection en 1923. »

Basile de Koch - Causeur de mars 2015 page 10 "Le moi de Basile : l’Esprit du 1er avril"

Répondre à cet article