Accueil du site > Le royalisme > Dossiers > Le roi que nous voulons

Le roi que nous voulons

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

« Le roi que souhaite l’AF n’est pas un simple roi pour les touristes. Nous n’avons que faire de la reine d’Angleterre ou des souverains dont l’utilité se limite à faire vendre du papier glacé ».

Disant cela nous exagèrons un peu : même dans les actuelles monarchies européennes, le rôle du roi est loin d’être nul. Il peut apparaître comme un fédérateur entre des nations différentes rassemblées dans un mêmeEtat (cas de la Belgique mais aussi, dans une moindre mesure, de l’Espagne ou du Royaume-Uni), comme un contre-pouvoir par rapport à la majorité parlementaire etgouvernementale (alors qu’un président en cas de cohabitation apparaît comme un adversaire de la majorité, ce qui n’est pas la même chose), comme un facteur de cohésion et d’identité dans l’espace et surtout dans le temps (la monarchie est l’institution qui incarne la permanence de l’histoire d’un peuple, au-delà des changements politiques et sociaux).

Cela étant dit, si nous reprenons à notre compte (ou plutôt au compte de la royauté) tous les avantages de la monarchie encore présents dans les monarchies européennes contemporaines, nous attendons plus d’une restauration. Nous souhaitons un roi doté de réels pouvoirs : c’est un principe politique que nous défendons, et c’est moins une fidélité à une mémoire (nous en avons, toutefois) que le désir de voir notre pays se doter du moyen d’assurer son avenir.

Rappelons par ailleurs qu’un roi n’est pas un despote et que le domaine de ses pouvoirs est strictement encadré pour que soient garanties les libertés publiques.