Accueil du site > Le royalisme > Petite promenade en royalisme > Quelques lieux > La basilique de Saint Denis

La basilique de Saint Denis

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

Martyrium, Abbaye royale, Nécropole royale... la basilique de St Denis est tout cela à la fois.

L’histoire de Saint-Denis commence vers 250, avec le martyre, précisément, de Saint Denis, l’évangélisateur et premier évêque de Lutèce. Décapité à Montmartre, il aurait pris sa tête dans ses mains et se serait rendu dans la cité romaine de Catulliacus, au nord de Lutèce, où il aurait été enterré.

Vers 475, sainte Geneviève fait édifier une première église, but d’un pèlerinage immédiatement très populaire, dont Dagobert, en 630, se fait le protecteur, transformant cette simple église en une abbaye royale, où il installe des moines bénédictins. Il est le premier souverain à s’y faire enterrer.

Pépin le Bref s’y fait sacrer roi par le pape en 754 : c’est lui qui aménage, sous le chœur, le martyrium où l’on vient vénérer les reliques de saint Denis. Plusieurs carolingiens s’y font enterrer.

Devenu roi, Hugues Capet, dans la volonté affichée de prendre la suite de la dynastie carolingienne, s’y fait inhumer, et l’abbaye devient ainsi officiellement la nécropole royale. Tous les rois de France y furent enterrés, sauf cinq (Philippe Ier - Louis VI - Louis XI - Charles X - Louis-Philippe).

1793 : l’année terrible des profanations

En 1793, tout comme Notre-Dame de Paris, l’abbaye est transformée en Temple de la Raison (ce qui les sauve probablement, l’une et l’autre), mais elle est affreusement vandalisée. C’est Barrère qui, le premier, demande à la Convention d’effacer les "effrayants souvenirs des rois".

Certains tombeaux sont carrément détruits (Hugues Capet). Toutes les sépultures sont profanées, et les corps qu’elles contenaient jetés pêle-mêle dans des fosses communes. Alexandre Lenoir avait réussi à faire transporter les tombeaux les plus précieux à Paris, au dépôt des Petits-Augustins, les sauvant ainsi d’une destruction certaine : rentré à Paris, Louis XVIII fera transférer tous les tombeaux à la basilique, dont il ordonnera la remise en état.

Il fut, par ailleurs, le dernier souverain français à être inhumé à Saint-Denis, son frère, Charles X, reposant en terre étrangère.