Accueil du site > Grands textes > De la nature guerrière des républiques

De la nature guerrière des républiques

... On dit aux peuples que des rivalités entre des ministres ont produit de longues guerres entre les rois ; mais on ne leur dit pas que, pour armer une république contre une autre, il ne faut qu’une querelle de pâtres, ou une concurrence de marchands.

On ne leur dit pas que, si la vanité et la mode font des militaires dans les monar­chies, dans les républiques la passion de dominer fait des guerriers.

On ne leur dit pas que la guerre la plus heureuse compromet la félicité d’un roi et la prospérité de son État ; et que, dans un État populaire, la guerre la plus malheu­reuse ouvre des chances favorables à l’ambition des chefs, et préserve l’État du danger plus grand des divisions intestines...

Extrait des Observations générales sur les républiques dans Théorie du pouvoir politique et religieux