Accueil du site > Archives du blog

Archives du blog

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ...

Messes en hommage à Louis XVI

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

« On est près du grand mouvement de l’inversion ». Lequel ? Celui qui mettra en cause la Révolution, la Révolution historique (« La terreur est dans son ADN ») mais aussi la Révolution agissant aujourd’hui. « Il y a des signes du sursaut ; des gens qui bougent ; des voix qui s’élèvent et qui parlent de plus en plus fort ». Philippe de Villiers

Vous trouverez ici, au fur et à mesure qu’elles seront annoncées, les messes et activités prévues dans votre région - du moins, toutes celles dont nous aurons eu connaissance. Vous aurez certainement à cœur d’y prendre part. Il ne s’agit pas de simples commémorations et votre présence, nombreuse, leur donnera leur plein sens actuel.

SAMEDI 21 JANVIER

Paris  : 12h, Saint-Germain-l’Auxerrois, paroisse des Rois de France, Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en présence des Princes de la Maison de France.

- A 10h, cérémonie et dépôt de gerbe Place de la Concorde, devant la statue de Rouen et l’Hôtel Crillon.

- 11h : Eglise Saint Eugène - Sainte Cécile, 4 Rue du Conservatoire, 75009.

Marseille : 11h30 , Basilique du Sacré-Cœur, 81 avenue du Prado. La Messe, dite à la demande de la Fédération Royaliste Provençale et Action Française Provence, ainsi que du Souvenir Bourbonien, sera célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. Une rencontre suivra, dont le programme sera donné dans les tout prochains jours.

Saint Denis : 12h, Basilique royale.

Lyon : 10h30, Eglise de la Rédemption, Place Puvis de Chavannes (6ème).

Strasbourg : 17h30, Cathédrale Notre-Dame.

Dijon : 11h, Basilique Saint-Bernard-de-Fontaine-lès Dijon. A 17h, conférence à l’Hôtel Ibis Dijon Gare : « La personnalité et la modernité du roi Louis XVI », par le Prince Alexandre de Kisseley.

Metz : Eglise de l’Immaculée-Conception, 47 rue des Trois-Évêchés, Metz Queuleu.

Montpellier : 18h, Chapelle des Pénitents bleus, 11 rue des Etuves.

Toulon : 18h30, Eglise Saint-François de Paule, Place Louis Blanc.

Limoges : -10H45, Chapelle Saint Antoine des Papillons, rue des Papillons.

- 11H15, Eglise Saint Michel des Lions, 15 Place Saint-Michel.

Nimes : 11h, Chapelle Sainte Eugénie, rue Sainte Eugénie.

Louailles : 11h, Eglise de Louailles (72.3000, à 8,5km de Sablé-sur-Sarthe, route de La Flèche-Tours). La Messe sera suivie, à 12h30, d’un Déjeuner-Débat, Salle Polyvalente de Vion (à 3,5km de Louailles) : « Transhumanisme, la fin de l’espèce humaine », par le Docteur Jean-Pierre Dickès.

DIMANCHE 22 JANVIER

Paris : 10h30, Chapelle Expiatoire, 29 Rue Pasquier (8ème).

Limoges : 10H30, Chapelle Saint Martial, 7 rue Guillaumin.

VENDREDI 27 JANVIER

Epinal : 18h30, Eglise Saint Antoine, 12 rue Armand Colle. A l’issue de la cérémonie, nous vous proposons de nous réunir dans une brasserie voisine (salon privé) pour partager des informations et des échanges informels. Après la réunion, nous proposons à eux qui le souhaiteraient un diner en commun (service brasserie à tarif abordable)

DIMANCHE 29 JANVIER

Nancy : Fête des Rois de La Lorraine Royaliste. Réservez dès maintenant votre dimanche.

Merci à La Faute à Rousseau

Lire la suite

La Monarchie est-elle une grande chose morte ? (partie 1) Le contexte

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

La Monarchie est-elle définitivement une grande chose morte et les royalistes de simples gardiens d’un temple désormais déserté par l’histoire ? Plus d’un siècle et demi après la chute du roi Louis-Philippe et un demi-siècle après l’échec de la tentative institutionnelle du comte de Paris, la question n’est pas interdite et la réponse moins simple que ne le souhaiteraient les « républicanitaires » et les attentistes, autre nom pour signifier les conformistes désireux d’éviter tout changement d’institutions et d’habitudes.

Elle peut néanmoins paraître incongrue, voire déplacée dans une France où l’élection du Chef de l’Etat mobilise plus de 80 % des inscrits sur les listes électorales, et dans laquelle cette désignation paraît comme « la reine des élections », la formule ressemblant d’ailleurs à une sorte d’hommage du vice à la vertu…

Mais l’insatisfaction qui domine aujourd’hui envers l’élu de 2012, qui ne se représente pas, tout comme le renvoi brutal du précédent locataire, donne quelque crédibilité, a contrario, à cette question iconoclaste, autant pour les royalistes eux-mêmes qui se récrieront que pour les républicains qui s’en gausseront, le débat étant clos si on les croit : la défiance même à l’égard des candidats déclarés, ce sondage qui attribue à M. Fillon une popularité d’un tiers seulement des Français alors qu’il est le favori de la prochaine élection, ces enquêtes d’opinion qui révèlent ou, plutôt, confirment le rejet par les plus jeunes de nos concitoyens électeurs de la classe politicienne dans son ensemble et font de l’abstention le premier parti-pris de notre pays, tout cela concourt à imaginer, en politique, « autre chose que ce qui existe actuellement », au moins institutionnellement parlant.

Faut-il une « sixième République », retour au système parlementariste des troisième et quatrième ? Une cinquième « plus républicaine » ? Ou un simple régime d’experts et de technocrates qui accomplirait le rêve saint-simonien ? Ou, même, l’absence d’Etat et d’institutions, au risque de voir s’installer une sorte de loi de la jungle qui ne profiterait qu’aux plus forts (aux plus riches ?) ou qu’au seul monde de l’Economique et de ses féodalités transnationales ? Faut-il, simplement, conserver telle quelle une cinquième République qui, taillée pour le général de Gaulle, ne répond plus aux nécessités du moment parce que les magistrats suprêmes qui lui ont succédé, à de rares exceptions près, se sont contentés de gérer plutôt que d’entreprendre et de diriger ? [....]

La suite sur le blog de Jean-Philippe Chauvin

Lire la suite

Comme le général de Villiers a pris date avec François Fillon

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

Le chef d’état-major des armées souhaite que le budget de la défense atteigne 2 % du PIB, alors que le candidat de la droite est beaucoup plus prudent.

Pierre de Villiers prend date.© Sipa Press Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (Cema), a publié un « point de vue » dans Les Échos de mercredi pour rappeler que « le prix de la paix, c’est l’effort de guerre. » Sur le fond, rien de neuf. Depuis des mois, le Cema martèle le même thème devant tous ses auditoires  : face aux menaces, il faut augmenter le budget de la défense jusqu’à 2 % du PIB, contre 1,77 % aujourd’hui - soit une augmentation d’environ 4 milliards. Et il faut le faire, selon lui, « avant la fin du prochain quinquennat ». C’est là que le bât blesse, notamment avec François Fillon.

Notes inquiétantes. Les deux hommes se connaissent bien et se fréquentent à titre privé. Et la semaine dernière, le Cema aurait rencontré Jean-Paul Faugère, ancien dircab de Fillon à Matignon et toujours proche de lui. Le général en est ressorti convaincu que la priorité du candidat LR serait le redressement des finances publiques… pas le budget militaire. Deux notes plaidant dans ce sens ont été transmises à François Fillon, que les milieux de la défense jugent « inquiétantes ». [....]

La suite sur Secret Défense

Lire la suite

Soutenir l'Action française

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

Chers amis,

Il ne reste plus que quelques jours pour réduire vos impôts en faisant un don. Votre versement fera l’objet d’un reçu fiscal de 66% déductible de l’impôt sur le revenu. Vous recevrez ce reçu en début d’année 2017.

L’Action française a besoin de vous.

Avec un don de 50 euros, vous permettez l’impression de 4000 tracts ; Avec un don de 130 euros, vous payez le Camp Maxime Real del Sarte à un jeune militant ; Avec un don de 300 euros, vous formez un militant durant un an, à la doctrine d’Action française ; Avec un don de 1500 euros, vous permettez la location d’une salle de 200 personnes à Paris, Marseille ou Lyon.

Nos actions sont financées exclusivement par vos dons. Nous sommes tous acteurs de la restauration de la France. Votre générosité prépare activement la restauration du Politique en France !

Merci pour votre aide.

François Bel-Ker, secrétaire général de l’Action Française.

PS : Vous pouvez encore envoyer vos chèques (AVANT FIN DECEMBRE) à l’ordre du CRAF au 10, rue Croix-des-Petits-Champs 75001 Paris ou faire votre don sur internet ici : http://www.actionfrancaise.net/cent...

Lire la suite

En ruines mais libre, l’église d’Alep accueille sa première messe de Noël (VIDEO)

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

Ce Jour de Noël a une saveur particulière pour la communauté chrétienne d’Alep. Pour la première fois depuis le début de la guerre, la messe de Noël a été célébrée en paix dans la cathédrale de Saint-Elie, située dans le vieux quartier de Jdeydeh.

Au début de la semaine, les citoyens se sont réunis pour reproduire la scène de la nativité en dépit du toit effondré, victime du saccage des rebelles.

Construite en 1873, l’église a été endommagée par deux importantes explosions depuis des tunnels creusés par les rebelles sous la vieille ville d’Alep le 26 avril 2015.

.

Merci à RT.com

Lire la suite

Joyeux Noêl et bonne année

mercredi 28 décembre 2016 , par Action Française

Chers amis fidèles qui suivez le Réveil Français,

Nous sommes arrivés au temps des fêtes de fin d’année. Une année qui s’achève, comme elle a commencé, c’est à dire dans la médiocrité institutionnelle d’un système à bout de souffle et dont le président normal a eu le mérite de mettre, grâce à son indigence exceptionnelle, en lumière l’absurdité. L’idéologie aveugle, doublée d’une servilité atlantiste sans égale auparavant, aura eu sans doute pour effet d’ouvrir les yeux d’un certain nombre grandissant de français.

C’est sans regret que nous quittons cette année 2016, et , parce que le désespoir en politique est une sottise absolue, c’est avec intérêt et curiosité que nous nous apprêtons à tourner la page de l’an nouveau, qui nous promet probablement des changements, notamment du fait des élections présidentielles, sur lesquelles nous reviendrons bientôt. Compte tenu du niveau bien bas que nous connaissons, ces changements quels qu’ils soient ne pourront certainement pas pas aggraver la situation de notre nation. Gageons quand même que de nouveaux signes d’espérance apparaitront.

Mais les fêtes de fin d’année, ce n’est pas seulement le changement d’année, c’est aussi une vieille fête, universelle certes, mais très française à laquelle notre nation est attachée depuis plus d’un millénaire. Une fête qui rappelle qu’un jour, le Dieu incréé et créateur de toutes choses s’est incarné et s’est invité sur notre terre en naissant d’une vierge. [....]

Olivier Dejouy

La suite sur Le Réveil Français

Lire la suite

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ...